Tri Act : triez, vous serez récompensé !

1 jour 9 heures ago
Afin d'encourager le tri, la Métropole lance Tri Act sur l'application Montri. Triez et scannez les emballages pour remporter des points convertibles en lots. Une expérimentation accessible aux habitants de Rouen. La Métropole Rouen Normandie a mis en place, en mars 2021, une application numérique gratuite dédiée à la gestion des déchets : Montri. Disponible sur Android, Apple et en ligne, l’application accompagne les habitants dans les 71 communes métropolitaines. Ce lundi 21 novembre, Montri se dote d’un nouveau module en phase d’expérimentation : Tri Act. En scannant leurs emballages au moment de les trier, les utilisateurs remportent des points, convertibles en lots. D’abord en test sur la ville de Rouen, le module développé par la Métropole Rouen Normandie, Paprec et Uzer, pourra être étendu au territoire dans un second temps. Pour Nicolas Mayer-Rossignol, Maire de Rouen, Président de la Métropole Rouen Normandie, et Luce Pane, Vice-Présidente en charge de l’énergie, de la sobriété et des déchets : « Le tri sélectif progresse sur notre territoire mais nous devons faire mieux. Nous avons choisi de mettre à disposition des habitants un outil expérimental : plus vous triez, plus vous gagnez ! La ‘gamification’ prend une place grandissante dans notre société, avec des applications en matière de santé, d’écocitoyenneté... Nous avons choisi d’en faire un levier pour améliorer la propreté et notre environnement. » Afin d’améliorer les performances du tri sélectif sur le territoire, la Métropole Rouen Normandie a fait le choix de la ‘gamification’. Ludique et pédagogique, l’outil Tri Act encourage les trieurs à poursuivre leur engagement et vise également à donner envie aux non-trieurs d’adopter cette pratique essentielle. La Métropole Rouen Normandie est la première collectivité française à tester le dispositif Tri Act. Notre territoire n'est pas suffisamment performant en matière de tri des déchets recyclables. En 2021, la collecte de déchets recyclables (verre, autres déchets) n’atteignait que 69,1kg/an/habitant contre 81,9kg/an/habitant à l’échelle nationale en moyenne. Nos performances sont en deçà de plusieurs autres collectivités françaises. Par exemple Rennes, Nantes, Grenoble et Brest enregistrent de bien meilleurs résultats avec jusqu'à 98,2kg/an/habitant. Une expérimentation d’un an L’application est accessible seulement aux habitants de Rouen jusqu’au mois de mars, puis s’étendra à tous les habitants de la Métropole Rouen Normandie entre avril et septembre 2023. À  l’issue de cette période de test et selon les résultats de l’expérimentation, l’application pourra être pérennisée sur le territoire. Un fonctionnement simple en quatre étapes. Les utilisateurs sont invités à scanner le code-barre de l’emballage au moment de le trier. Dans un deuxième temps, au moment de déposer les emballages en bac de collecte, en sac ou en point d’apport volontaire, l’application invite à valider le dépôt par une photo. Cette étape permet de collecter des points. Enfin, les utilisateurs sont invités à convertir leurs points en récompenses : chèques cadeaux, de goodies éco-responsables, d’entrée au musée, etc...

La Métropole distinguée pour sa politique de mobilités

3 jours 1 heure ago
La Métropole a reçu le Pass d'Argent récompensant les avancées dans sa politique de développement en matière de transports et mobilités, lors de la remise des prix du 31e Palmarès des mobilités, organisé par le magazine « Ville, Rail et Transports » (VRT), ce mardi 6 décembre. Pour Nicolas Mayer-Rossignol, Maire de Rouen, Président de la Métropole Rouen Normandie, et Cyrille Moreau, Vice-Président en charge des transports, des mobilités d’avenir et des modes actifs de déplacement : « Le palmarès Ville, Rail et Transports est un événement incontournable et fédérateur du secteur des transports et mobilités.  Nous sommes fiers que nos politiques aient été repérées et nous amènent à recevoir ce prix qui hisse haut la Métropole Rouen Normandie parmi les grandes métropoles de France. La mobilité est un droit, et il est de notre devoir de donner à chacune et chacun la possibilité de se déplacer tout en contribuant à construire activement le monde de demain. L’objectif que nous poursuivons : une mobilité à la fois respectueuse de la santé, de l’environnement, et du pouvoir d’achat, et qui ne fait pour autant aucune concession sur son efficacité ! Nos concitoyens attendent aujourd’hui un service complet, intermodal, qui s’adapte à leurs problématiques et besoins. La mobilité est le levier clef permettant d’agir à la fois sur le front du climat et de la justice sociale, cette récompense nous encourage à poursuivre nos efforts pour être la Capitale des mobilités de demain ! » Le Palmarès VRT des Mobilités, l’unique rendez-vous de cette dimension, réunit plus de 350 personnalités qui comptent parmi les pouvoirs publics, les autorités organisatrices, les exploitants, les opérateurs, les organismes publics et privés, les constructeurs de matériels fixes et roulants, les professionnels du transport public et de l’ingénierie, les équipementiers. Lors de ce 31e Palmarès, la Métropole Rouen Normandie, déjà Championne de France de covoiturage, a reçu le Pass Argent qui vient récompenser l’ensemble de sa politique notamment grâce au déploiement d’une série de mesures en faveur des mobilités et de la multimodalité, à la fois sur : •    l’offre de transports (massification de l’offre transport de 10 %, reconfiguration du réseau, refonte de la signalétique, aide au covoiturage et création de lignes de covoiturage avec les agglomérations limitrophes) ; •    les mobilités actives (Lovelo (service de location longue durée de vélos électriques, services de stationnement et vélos en libre-service) ; •    la transition énergétique (mise en place d’une ZFE-m, aides à l’acquisition de véhicules propres) ; •    l’innovation (open-payment dans les bus, possibilité d’emmener son vélos dans les bus urbains).

Fracture numérique : la Métropole va céder 600 ordinateurs

4 jours 5 heures ago
La Métropole Rouen Normandie cèdera jusqu’à 600 ordinateurs pour lutter contre la fracture numérique, au bénéfice des communes et des habitants du territoire.   Ce 5 décembre 2022, la Métropole Rouen Normandie a cédé 300 ordinateurs déclassés à Réseau Grain, dans le cadre de la filière Reboot Ecosystème. Une fois reconditionnés par Reboot Ecosystème, ces ordinateurs seront proposés aux communes à un tarif solidaire. Chaque ville sera libre de donner les équipements informatiques à des associations, écoles et centres sociaux. Des ateliers de prise en main seront automatiquement proposés aux bénéficiaires finaux afin de réduire la fracture numérique. D’ici à la fin de l’année 2023, ce seront en tout 600 machines qui seront réemployées ! Pour Nicolas Mayer-Rossignol, Maire de Rouen, Président de la Métropole Rouen Normandie, et Abdelkrim Marchani, Vice-Président en charge de l'économie, l'attractivité, l'enseignement supérieur et la recherche, la vie étudiante, le numérique - L'Europe et l'international : « Nous sommes l’une des premières collectivités en France à nous doter d’une telle filière, de cette ampleur. Alors que nous renouvelons le parc informatique de notre administration, nous avons fait le choix de céder ces ordinateurs à une filière de reconditionnement. Cette opération nous permet non seulement de lutter contre la fracture numérique, réel enjeu du siècle, mais également de nous assurer de la valorisation de ces machines déclassées ! Un double engagement pour le climat et pour l’inclusion. » Reboot écosystème : un projet de réemploi local et solidaire Trois structures locales – Les Copeaux Numériques, le Réseau Grain et Terra-Num - se sont unies pour lancer le projet Reboot Ecosystème. Ce projet a pour but de créer une filière locale de réemploi de matériel informatique, de faciliter l’accessibilité au numérique au plus grand nombre et également de structurer des filières responsables, solidaires et pourvoyeuses d’emplois non délocalisables pour notre territoire. Reboot Ecosystème agit en collectant puis en reconditionnant des ordinateurs déclassés par les entreprises et administrations publiques, pour les distribuer par la suite via notamment les communes de la Métropole. Réseau Grain, partenaire de la Métropole Rouen Normandie, est un réseau associatif de structures de l’Économie Sociale et Solidaire et de l’Insertion par l’Activité Économique. Dans le cadre de Reboot Ecosystème, des ateliers de découverte du métier de technicien spécialisé dans le reconditionnement sont organisés avec la volonté de retour à l’emploi. La filière Reboot Ecosystème procèdera donc, après réception des ordinateurs déclassés : - À l’effacement total des données, - Au reconditionnement des équipements (réparation, mises à jour, vérifications…) via des équipes issues des réseaux d’emploi insertion, dans un atelier à Petit-Quevilly. Réseau Grain et Reboot proposeront par la suite ces machines remises en état aux communes, tout en leur offrant un accompagnement de quelques heures à destination des bénéficiaires finaux. Numérique responsable : un enjeu écologique d’ampleur Cette opération sert également les engagements de sobriété environnementale et de sobriété numérique pris par la Métropole Rouen Normandie. En accord avec la loi Reen du 15 novembre 2021, la Métropole Rouen Normandie s’est engagée à faire converger transition numérique et transition écologique. Ce texte de loi s’articule autour de cinq objectifs : - Faire prendre conscience de l'impact environnemental du numérique, - Limiter le renouvellement des appareils numériques, - Favoriser des usages numériques écologiquement vertueux, - Promouvoir des datacenters et des réseaux moins énergivores, - Adopter une stratégie numérique responsable. En effet, l’empreinte environnementale du numérique représente aujourd’hui environ 2% des émissions de gaz à effet de serre en France. À l’horizon 2040, sans ajustement des pratiques, ces émissions pourraient représenter jusqu’à 7%. De plus, la fabrication des terminaux numériques (smartphones, tablettes, ordinateurs…) représente aujourd’hui 70% de l’empreinte carbone du numérique en France.

Nurseries aquatiques : de nouvelles solutions pour la biodiversité

1 semaine 2 jours ago
Des nurseries artificielles installées dans le port de Rouen pour préserver et encourager la biodiversité sur notre territoire. La Métropole Rouen Normandie, dans le cadre de sa politique en faveur de la biodiversité, a fait appel à la société Ecocean pour installer 20 nurseries artificielles appelées « Biohut® » sous les pontons du Port de plaisance de Rouen. Il s’agit d’habitats artificiels métalliques qui permettent de fournir des espaces de nourriture, de reproduction et de protection des juvéniles, pour les poissons de la Seine qui ne trouvent plus les habitats nécessaires du fait de la présence de berges artificialisées. Pour Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Métropole Rouen Normandie, Maire de Rouen, Charlotte Goujon, Vice-présidente en charge de la transition écologique, santé, sécurité sanitaire et industrielle, et Hugo Langlois, Conseiller Métropolitain Délégué à l’Axe Seine et à la biodiversité : « Préserver et rétablir la biodiversité sur notre territoire est une de nos priorités. Nous sommes fiers d’y accueillir cette innovation qui va permettre, à défaut de pouvoir renaturer ces berges, d’offrir certaines fonctionnalités écologiques nécessaires au maintien ou au développement de la biodiversité aquatique (flore et faune) dans le port de Rouen. Cette expérimentation nous permettra d’assurer un suivi écologique des sites aménagés, pour en mesurer l’efficacité, afin de prévoir un éventuel déploiement sur d’autres sites métropolitains ou de l’Axe Seine soumis aux mêmes contraintes de marnage et batillage. Innover, analyser, tester des solutions : c’est le rôle d’une Métropole et nous sommes au rendez-vous. » Dans le cadre de sa politique en faveur de la biodiversité, la Métropole Rouen Normandie a mis en place une Charte de la Biodiversité, outil de concertation et d’animations réunissant tous les partenaires impliqués et engagés sur le territoire métropolitain dans des actions en faveur de la biodiversité. La fiche actions « Préserver et gérer les cours d'eau » prévoit notamment : d’expérimenter et déployer une végétalisation artificielle des berges "radeaux végétalisés"/gabions immergés » … La Métropole a donc lancé un marché pour la mise en place de structures immergées d’habitats artificiels, sous les pontons d’accostages des bateaux de plaisance du port de Rouen. L’enjeu est la réhabilitation, même modeste, de fonctions écologiques essentielles des écosystèmes aquatiques dégradés. Créée en 2003, la société Ecocean développe des solutions de restauration écologique en faveur des jeunes stades de vie des poissons et de la biodiversité associée. Avec des solutions éprouvées et fonctionnelles depuis maintenant 10 ans, Ecocean a pu aujourd’hui équiper plus de 53 ports à travers l’Europe et installer ainsi 5000 Biohut. Le procédé Biohut® vise à réhabiliter la fonction de nurserie au sein de la zone portuaire, en protégeant les post-larves et les jeunes recrues de la prédation, leur permettant ainsi d’atteindre la « taille refuge » et de contribuer efficacement à l’accroissement des populations de poissons adultes. La définition d’une nurserie n’est pas seulement un endroit où l’on voit beaucoup de jeunes poissons. Il faut aussi que ceux-ci trouvent une nourriture adaptée, qu’ils y restent pour grandir pour enfin, au travers de corridors écologiques, rejoindre les populations adultes dans leur habitat naturel. Grâce aux 20 Biohut sous ponton qui viennent d’être installées sur le port, les pontons redeviennent des refuges de biodiversité pour de nombreuses espèces aquatiques et permettent la transition des juvéniles vers l’extérieur du port. Ces habitats artificiels ont fait l’objet depuis 2012, de nombreux projets de validation à la fois technique et scientifique (mode de fixation, matériaux utilisés recyclables et recyclés, profondeurs des sites d’installation, logistique et moyens humains nécessaires…). Ainsi, l’efficacité écologique des Biohut a été étudiée et validée par l’Ifremer et le Centre de Recherche des Écosystèmes Marins de l’Université de Perpignan, notamment par le biais de 3 thèses. Les Biohut sont des structures légères (une vingtaine de kg en moyenne), composées de différents compartiments formant un ensemble tridimensionnel complexe. Un des compartiments est rempli de substrat naturel (coquilles d’huîtres recyclées) créant un formidable support au développement de la faune et flore fixées mais présentant également de nombreuses cachettes favorables à l’installation d’invertébrés et de poissons benthiques et/ou cryptiques. Ce compartiment « substrat » est entouré par un ou plusieurs compartiments vides, servant de zones anti-prédateurs grâce à un maillage adapté à la petite taille des juvéniles. C’est la combinaison de ces deux types de compartiments qui permet aux jeunes stades de grandir dans de bonnes conditions. La société Ecocean aura une mission de suivi écologique sur plusieurs années. Si cette expérimentation apporte des résultats convaincants, des installations similaires pourraient ensuite être déployées sur d’autres sites artificiels de l’estuaire de la Seine. Ce projet s’inscrit d’ailleurs dans le projet REPERE (Référentiel partagE sur les Priorités de restauration des fonctionnalitEs des milieux estuaRiEns de la vallée de Seine-Aval), porté par la DREAL de Normandie, avec l’appui scientifique du GIP Seine Aval. Ce projet est également soutenu par l’Agence de l’Eau Seine Normandie. Cette expérimentation servira également de support pédagogique pour présenter au public cette expérimentation et les premiers résultats après 6 mois de mise en place pour la prochaine Armada qui se déroulera du 8 au 18 juin prochain. Pour en savoir plus sur les Biohut

"Rendez-vous à l'atelier" : les artistes ouvrent leurs portes

2 semaines ago
Les samedi 26 et dimanche 27 novembre, la Métropole organise "Rendez-vous à l'atelier". Plus de 100 artistes du territoire ouvrent gratuitement leurs ateliers au public. Après 10 années de succès, les Visites d’Ateliers d’Artistes, devenues biennale, évoluent. Nouveau nom, nouvelle date : « Rendez-vous à l’atelier », les 26 et 27 novembre. La Métropole relance ce temps fort au concept qui lui, reste inchangé : le temps d’un week-end, plus de 100 artistes du territoire ouvriront gratuitement leurs ateliers au public dans 26 communes de la Métropole. Pour Nicolas Mayer-Rossignol, Maire de Rouen et Président de la Métropole Rouen Normandie et Laurence Renou, Vice-Présidente en charge de la culture : « Qui n’a pas rêvé de pousser la porte d’un atelier d’artiste, de découvrir son univers, de pouvoir discuter de ses inspirations, de comprendre les techniques utilisées ? « Rendez-vous à l’atelier », c’est l’occasion, pour les habitants, de partir à la rencontre des artistes locaux et de témoigner du dynamisme de la création sur notre territoire. Consultez le programme, c’est riche, c’est varié, de la peinture à la céramique, et partez à la découverte des talents artistiques métropolitains ! » Du 26 au 27 novembre, plus de 100 artistes, peintres, sculpteurs, céramistes, photographes, ouvriront gratuitement leurs ateliers au public. Les Rendez-vous à l’atelier, devenus biennale dès 2020, sont destinés aux artistes amateurs et professionnels. Le souhait de la Métropole est de privilégier les rencontres et les échanges de qualité entre artistes et visiteurs, parfois peu habitués des galeries. Tout en proposant aux habitants du territoire de visiter des ateliers au sein de lieux qui peuvent être insolites. Certains artistes prévoient un accueil très chaleureux en proposant de partager un verre, des animations musicales, etc. Autre nouveauté cette année, des associations culturelles partenaires proposent des actions dans leurs communes : - Le collectif Bonz Enfants, 10 artistes normands professionnels, investiront la rue des Bons Enfants et la rue Cauchoise à Rouen et proposeront des événements artistiques tout au long du week-end. - L’association Citémômes, investira le Labo Victor Hugo à Rouen et proposera aux visiteurs d’accéder aux coulisses du projet Cathédrale(s), projet artistique, collaboratif et intergénérationnel. Ils pourront devenir acteur du projet pendant quelques minutes ou quelques heures en créant un pixel de tricot ou de papier, en trouvant un ou plusieurs pixels sur les puzzles géants, et voir les œuvres se créer. Programme complet

Giving Tuesday : 4 portraits de bénévoles engagés

2 semaines 1 jour ago
Victoria, Virginie, Romain et Corine mettent leur énergie au service de la solidarité. Découvrez leur témoignage, à l'occasion de Giving Tuesday, le 29 novembre, la journée mondiale qui célèbre et encourage la générosité et l'engagement. Giving Tuesday, c'est le jour du don et de la solidarité, célébré cette année le 29 novembre. Un mouvement international en réaction à des fêtes plus commerciales. L'occasion de mettre en avant ceux qui s'engagent. Victoria, Virginie, Romain et Corine ont choisi de donner de leur temps pour améliorer la vie de celles et ceux qui en ont le plus besoin. Découvrez leur témoignage.

La Forêt Monumentale : à vos projets !

2 semaines 4 jours ago
L’appel à créations est lancé pour la deuxième édition de la Forêt Monumentale, au sein de la forêt domaniale de Roumare, à Canteleu en 2024. Le retour de La Forêt Monumentale a été acté par le Conseil Métropolitain, au sein de la forêt domaniale de Roumare, à Canteleu en 2024. Porté par la Métropole Rouen Normandie, en collaboration avec l’Office National des Forêts, La Forêt Monumentale est un projet d’exposition d’art monumental, ouverte à toutes et tous. Première pierre de cette nouvelle édition : l’appel à créations vient d’être officiellement lancé ! Ce projet s’inscrit dans la dynamique de valorisation forestière de la Métropole et dans la candidature de Rouen au titre de Capitale Européenne de la Culture 2028. Pour Nicolas Mayer-Rossignol, Maire de Rouen, Président de la Métropole Rouen Normandie, Laurence Renou, Vice-Présidente en charge de la culture, Charlotte Goujon, Vice-présidente en charge de la transition écologique, santé, sécurité sanitaire et industrielle, Christine de Cintré, Conseillère métropolitaine déléguée en charge du tourisme et de Rouen Capitale Européenne de la Culture 2028, et Mélanie Boulanger, Maire de Canteleu : « La première édition de La Forêt Monumentale ayant rencontré un grand succès, nous sommes ravis de proposer une deuxième édition aux habitants de la Métropole et aux visiteurs, en 2024, à Canteleu ! Cet événement s’intègrera dans la vaste armature de notre candidature pour devenir Capitale Européenne de la Culture en 2028. L’occasion de valoriser notre exceptionnel patrimoine forestier qui couvre 1/3 de notre territoire, d’inviter au retour à la nature tout en faisant une proposition culturelle populaire et originale. » Conçue comme une exposition d’œuvres grand format, écologiques et familiales, La Forêt Monumentale est un parcours unique de plusieurs kilomètres permettant aux visiteurs de découvrir ou redécouvrir, en autonomie, les forêts du territoire métropolitain à travers le prisme artistique. La première édition de La Forêt Monumentale s’est déroulée de septembre 2019 à septembre 2021 en forêt Verte sur les communes de Bois- Guillaume, Mont-Saint-Aignan et Houppeville. La participation d’artistes du monde entier a assuré un rayonnement international et un retentissement notoire à la manifestation tant auprès des professionnels que des visiteurs. Au total, 401 projets venant du monde entier ont été proposés par des artistes plasticiens, designers et architectes de 28 pays. 400 000 visiteurs ont profité des treize œuvres éphémères créées et présentées pendant deux ans. Lancement d’un appel à création pour la deuxième édition Riche du succès de la première édition, la Métropole, en collaboration avec l’ONF, organise la deuxième édition de Forêt Monumentale qui aura lieu de juin 2024 à septembre 2026. Le lieu retenu est la forêt domaniale de Roumare, à Canteleu. Cette forêt a reçu le label "Forêt d'exception" en 2015, reconduit en 2022. Décerné par une comité national indépendant, ce label vise à récompenser les démarches d'excellence mises en œuvre dans des forêts domaniales emblématiques. L’événement participe de la candidature de Rouen au titre de Capitale Européenne de la Culture en accueillant des artistes du monde entier et en nouant des collaborations entre réseaux artistiques locaux, nationaux et internationaux. Un parcours de plus de 4 kilomètres a été identifié, permettant l’installation des œuvres et le cheminement des visiteurs. Il comprendra douze œuvres éphémères et une œuvre pérenne, nouveauté de cette deuxième édition. Ce parcours unique permet aux visiteurs de découvrir ou redécouvrir avec un autre regard ce milieu naturel remarquable. Il nous invite à explorer dans une étendue boisée des œuvres imaginées par des plasticiens, paysagistes, artistes, designers et architectes qui s’immergent dans ces poumons verts et expérimentent d’autres formes de création. La Forêt Monumentale est l’opportunité d’explorer de nouvelles inspirations, et de nouveaux récits questionnant ainsi le rapport entre l’humain et la nature. Neuf des créations éphémères monumentales qui composeront le futur parcours vont être sélectionnées via un appel à créations lancé le lundi 21 novembre 2022. Celui-ci est ouvert à tous, professionnels et étudiants, nationaux et internationaux, de toutes disciplines du champ créatif : artistes, plasticiens, architectes, paysagistes, designers, performeurs, graphistes... La participation peut être individuelle ou collective. Les personnes souhaitant participer ont jusqu’au 27 février 2023 minuit pour déposer leur candidature en ligne. La deuxième édition proposera, en complément des neuf œuvres faisant l’objet d’un appel à candidature : - une œuvre d’un artiste de la République Tchèque, autre État qui accueillera une Capitale Européenne de la Culture en 2028 ; - une création contemporaine du territoire et ses futurs talents en proposant une œuvre réalisée en partenariat avec un établissement d’enseignement supérieur ; - une œuvre bio-sourcée permettant de valoriser une filière normande, en utilisant un matériau de construction local, naturel, sain et à faible empreinte carbone. Cet appel à créations est organisé en deux phases Première phase : pour y répondre, il sera demandé aux candidats souhaitant participer : - une esquisse d’intention de leur projet, - des références de leur production antérieure. Seuls les candidats sélectionnés par le comité technique pourront participer à la deuxième phase. Deuxième phase : les candidats sélectionnés (une vingtaine) bénéficieront d’un appui financier pour développer leur proposition dans le cadre d’un concours restreint et devront se rendre sur site pour visiter les lieux afin de pouvoir détailler leur projet correctement. La Métropole fixera deux dates de visite pendant le mois de mai 2023. Parmi la vingtaine de candidats sélectionnés ayant développé leur projet, un jury final choisira neuf participants invités à réaliser leur proposition. Calendrier prévisionnel PHASE 1 : APPEL À CANDIDATURES ➜ Lancement : 21 novembre 2022 ➜ Date limite de remise des candidatures : 27 février 2023, 12h00 AM (heure française) ➜ Mars/avril 2023 : comité de sélection. PHASE 2 : CONCOURS RESTREINT Seuls les candidats sélectionnés sont invités à concourir. ➜ Mai - octobre 2023 : période de développement du projet des artistes présélectionnés ➜ 23 Octobre 2023 : remise des propositions finalisées ➜ Novembre 2023 : réunion du jury et annonce des candidats retenus ➜ Entre novembre 2023 et juin 2024 : production des œuvres ➜ Juin 2024 : inauguration.

Conseil Métropolitain : sobriété et transition social-écologique

3 semaines 3 jours ago
Lors du conseil Métropolitain, lundi 14 novembre, la Métropole a fait le choix de concilier sobriété et préparation d'un avenir plus juste et respirable. Lundi 14 novembre, la Métropole a adopté des orientations budgétaires ambitieuses pour 2023, lors du Conseil Métropolitain. C’est dans un contexte nouveau de crise énergétique, rendant l’avenir incertain et impactant les habitants, les collectivités et les acteurs économiques, que la Métropole fait le choix d’ajuster son cap en conciliant l’impératif de transition social-écologique avec celui de sobriété. Les engagements pour la transition social-écologique sont maintenus, et un travail en profondeur est réalisé avec les acteurs du territoire pour activer collectivement les nouvelles politiques de sobriété. La Métropole s’engage par ailleurs pour l’implantation de l’entreprise Ebusco sur le territoire, à hauteur de 900 000€, soutient massivement la candidature Rouen Normandie 2028 - Capitale européenne de la Culture, et déploie près de 500 000€ à destination du CHU, en vue de l’acquisition de matériel de pointe en neurochirurgie. Enfin, la Métropole Rouen Normandie active son dispositif de solidarité internationale pour soutenir l’accès à l’eau potable à Moudéry, au Sénégal. Concilier la sobriété et la préparation d’un avenir plus juste et respirable, c’est possible. Pour Nicolas Mayer-Rossignol, Président de la Métropole Rouen Normandie : "Nous adoptons ce jour des orientations budgétaires pour 2023, à savoir l’année de mi-mandat pour notre exécutif métropolitain. Ces orientations sont ambitieuses et confirment un haut niveau d’investissement, celui que nous avions défini lors de la présentation de notre plan pluriannuel d’investissement 2021-2026, lequel visait à refonder largement les ambitions de la Métropole Rouen Normandie, en définissant un nouveau cap : celui de la transition social-écologique. Nous affirmions alors que malgré un contexte incertain, celui de la Covid-19, notre établissement était en mesure d'agir pour la préparation d’un avenir plus juste et plus respirable. Nous pouvions le faire grâce à des finances saines et à une dette maîtrisée. Le contexte s’est depuis aggravé, avec l’apparition d’une crise énergétique et inflationniste dont on sait qu’elle a d’ores et déjà des conséquences immédiates et concrètes pour les habitants du territoire de la Métropole Rouen Normandie, ainsi que pour les acteurs économiques et publics, dont notre Établissement. La sobriété doit désormais être la mesure des choses. Face à la crise de l’énergie et à l’inflation, nous devons adapter notre fonctionnement et faire des choix, tout en maintenant le cap de la transition social-écologique, la préparation d’un avenir plus durable et plus désirable, la lutte contre les inégalités. C’est le sens des orientations budgétaires que nous définissons pour 2023 : concilier la sobriété et la préparation d’un avenir plus juste et respirable, c’est possible ! Nous apportons à l’occasion de ce conseil un soutien majeur à l’implantation de l’entreprise Ebusco à Cléon. Cette société néerlandaise produit des bus électriques et ambitionne d’être leader sur le marché européen. Nous débloquons 900 000 euros pour ce projet qui générera 150 emplois dans les deux premières années et 350 emplois directs. Une fois arrivée à un rythme de croisière, ce seront au total près de 500 bus qui sortiront des chaînes de production pour alimenter les marchés français et d’Europe du sud tels que l’Espagne ou encore l’Italie. Nous engageons par ailleurs 500 000 euros pour le CHU, en vue de l’acquisition d’un matériel d’imagerie de pointe en neurochirurgie, bâtissons notre candidature au titre de capitale européenne de la Culture 2028, dont le dépôt des dossiers est prévu au début de l’année 2023, et finançons un projet d’accès à l’eau potable à Moudéry, au Sénégal. La Métropole est à l’avant-garde de la préparation d’un avenir meilleur !" Conseil Métropolitain du 14 novembre 2022    
Vérifié
2 heures 32 minutes ago
S'abonner à Flux Métropole Rouen Normandie